Promotion de la création contemporaine par le développement de projets et
évènements artistiques principalement dans des espaces non dédiés publics ou privés.

Un projet initié par Marie Clauzade.

Promotion of contemporary creations by developing artistic projects and events mainly in public or private spaces not intended for art.

A project initiated by Marie Clauzade.

EX LOCO signifie « à partir d’ici ».

Un point de départ, un élan, mais aussi une mise au dehors de l’art. Nous avons urgemment besoin de poésie en actes. L’acte poétique est éminemment politique.

Un projet : EX LOCO intervient hors des espaces dédiés, car le dehors est détenteur d’un potentiel de rencontres capable d’aviver d’activer d’aggraver la puissance poétique des œuvres, non pas pour rendre l’art accessible à tous, mais pour que l’exigence de l’art fasse irruption.

Un coup de foudre plutôt qu’un rendez-vous amoureux.

contact.exloco@gmail.com

EX LOCO means “from here on”.

A starting point, an impulse, but also a ‘putting out’ of art. We urgently need poetry that is action. Poetic acts are highly political.

A project : EX LOCO intervenes in spaces not intended for art, as the outside suggest opportunities for creating encounters able to intensify, activate, aggravate the poetic power of artworks, not to make art accessible to all, but to let the exigency of art make irruption.

Love at first sight rather than an amorous rendezvous.

contact.exloco@gmail.com

03.06 > 10.07.16 || PINÈDE DU DOMAINE D’O, MONTPELLIER
30 ANS DU PRINTEMPS
FRISE PHOTOGRAPHIQUE ET VIDÉO-PROJECTION

Depuis plus de 20 ans, Marie Clauzade est photographe de plateau au Printemps des Comédiens (Montpellier, Domaine d’O). À l’occasion des 30 ans du festival, elle a conçu une frise photographique de 30+3 mètres ainsi qu’une vidéo projection d’une centaine d’images à ciel ouvert dans la Pinède du Domaine d’O permettant au spectateur de se promener en aller-retours guidés non par la chronologie mais par le geste, le mouvement, l’expression des images. Ce projet commandité par la Direction du Printemps des Comédiens a été réalisé en partenariat avec Ex Loco.
« N’y cherchez pas des dates, des noms… Ne parcourez pas cette allée d’images comme vous feuillèteriez  le guide un peu nostalgique d’années enfuies, avec références d’auteurs, de compagnies, de Printemps où il fit froid, où il fit chaud… Non : l’art de Marie Clauzade est d’aller chercher dans le passé des bribes de temps qui, pour toujours sous son objectif, resteront du présent.
Voilà. C’est cela. Certes le Printemps a trente ans et il y a si longtemps qu’elle l’accompagne… Mais cette exposition n’est pas la compilation des centaines de spectacles, des milliers d’artistes que ces pins ont vu passer.  Ce sont d’éternels moments de bonheurs, de rires, d’émotions, de frissons… Ce sont mille échos de musiques et de textes… Ce sont des centaines de silhouettes, de visages, beaux ou grotesques…
C’est le spectacle vivant dont le bouleversant éphémère est enfin figé.
Regardez le passé, entrez dans le présent. »   J. Vilaceque

« Un festival de théâtre de trois décennies c’est peut être le théâtre des Métamorphoses… et de mettre par là le poète et l’épopée à l’honneur tels des figures métaphoriques de la spectacularité de tout acte de création avec ici un focus sur l’acteur, l’actrice. Le geste de l’acteur comme re-présentation toujours neuve, orpheline et parfaite, de l’immémorialité des choses. Il fallait donc que ma propre réalisation soit quelque chose de linéaire, de long, une continuité protéiforme faite d’entrelacs et de dédoublements, de dialogues et de silences. Il fallait qu’il y ait des exploits et des trahisons, de l’enchantement et des facéties, de la voltige et l’abîme. Une linéarité déconstruite car sans chronologie, longue comme l’impossibilité d’embrasser la totalité des choses. »   MC

 

frise-1

 

frise

15.04 > 15.05.16 || CASA BONDELS, MONTPELLIER
JE T(EMBRASSE CARCASSE
EXPOSITION

Après sa première conception dans le sombre labyrinthe du hangar de La Bulle Bleue, Ex Loco a voulu sortir de l’intimité et exposer les images de jE t(embrasse carcasse dans un lieu radicalement autre, l’appartement bourgeois et très lumineux de La Casa Bondels.

Ici, l’espace est à investir totalement différemment et le travail de Marie Clauzade s’éprouverait au-delà d’un rapport direct avec un public spécifique et averti.

Le vernissage itinérant a été conçu en collaboration avec trois lieux d’un quartier du centre ville de Montpellier :
– La Casa Bondels pour l’exposition principale ;
– L’espace exposition de Transit (collectif de photographes) pour une projection murale sur une improvisation électrique et expérimentale de Patrice Soletti (l’Oreille Électrique) ;
– La N°5 Galerie pour une projection très urbaine et la présentation de la publication jE t(embrasse Carcasse par Les Editions de l’Appartement.

L’exposition a pris part des évènements Hors les Murs des Boutographies 2016.

Lieu : Casa Bondels, 34 rue St Guilhem, 34000 Montpellier (facebook.com/Casa-Bondels)

 

Déc 2015 > Fév 2016 || QUARTIER ST. MARTIN, MONTPELLIER
D’ICI DE LÀ
ATELIER / EXPOSITION

Mandaté par le groupement d’artistes Rizhome pour l’accompagnement d’un projet d’exposition avec l’association Jasmin d’Orient, Ex Loco a réalisé, à la suite d’un atelier de prises de vue avec un groupe d’adolescentes du quartier St Martin à Montpellier, accompagnées par l’artiste-photographe Marie Clauzade, une exposition – d’ICI de LÀ – à la maison pour tous L’Escoutaïre.

 

19.02 > 10.03.2016
LES HABITANTS 43.5° NORD 3.7° EST
INSTALLATION PHOTOGRAPHIQUE DANS L’ESPACE PUBLIC

HABITANT : Être vivant qui occupe un espace
Habitant d’un lieu partagé : l’espace public
Habitant d’un espace singulier : son propre corps
Habiter c’est voir et être vu.

Les Habitants 43.5° Nord 3.7° Est  est un projet d’exposition photographique, sous forme d’affiches grand format encollées sur les murs de la ville (Gigean). Elles sont visibles depuis la rue, à pied ou depuis nos véhicules. Les Habitants interroge dans une sorte d’aller-retour entre l’individu et le collectif, notre manière d’habiter l’espace public et celui de notre propre corps. L’exposition en extérieur vient répondre à une volonté de rendre la rencontre avec l’œuvre à la fois plus forte et plus personnelle… plus intime. La surprise de la rencontre hors d’un espace d’exposition dédié augmentant la force du face à face.

Travaux > Les habitants

21.09 > 20.11.2015
JE T(EMBRASSE CARCASSE
EXPOSITION ET PUBLICATION

jE t(embrasse carcasse acting up est un projet photographique à partir de la singularité de l’acteur professionnel en situation de handicap. Durant un an, Marie Clauzade a suivi les comédiens de l’ESAT artistique La Bulle Bleue à Montpellier, participant avec eux aux répétitions, créations et ateliers ouverts par Marion Coutarel (Théâtre de La Remise) et les équipes artistiques invitées.

De cette résidence est née une exposition qui demandait un lieu particulier. La Bulle Bleue a proposé un bâtiment des ateliers Kennedy, un bâtiment brut sans cloison, entouré de larges fenêtres et destiné dans les mois à venir à accueillir de nouveaux ateliers. Un bâtiment en transition. Ex loco.

Pour Marie Clauzade le désir d’une scénographie est devenu prégnant. (Re)créer une salle noire, celle d’un théâtre ou d’un cinéma, mais surtout un lieu qui représente et symbolise celui de la création d’images. Concrètement, physiquement mais également métaphoriquement : Boîte noire où n’entre pas la lumière, condition d’apparition de l’image tout autant qu’espace de l’incertitude, du mystère, des illusions. Dans tous les cas, lieu du surgissement. Le spectateur allait pour une fois déambuler sur « le plateau » dans une forme d’obscurité où il serait à la fois guidé et libre de se perdre. L’obscurité oblige une certaine lenteur. Rien ne pourra être embrassé d’un seul coup. Comme dans un labyrinthe.

L’exposition est accompagnée d’une publication aux Éditions de l’Appartement.

Le 19 novembre 2015 l’instrumentaliste, improvisateur et compositeur Patrice Soletti a proposé une performance musicale face aux œuvres exposées, puis en dialogue avec une projection des œuvres à l’extérieur.
http://www.loreilleelectrique.org

21 mars 2015
Deux en Un : PIANO SOLO
concert DENIS BADAULT

Pour ce programme inédit, dans le garage d’Ex Loco transformé en cabaret, le pianiste de jazz Denis Badault choisi d’interpréter et d’enchevêtrer des célèbres standards du Jazz avec quelques-unes des plus émouvantes mélodies de la chanson française.
« Deux en Un ». Il s’agit à chaque fois de combiner deux mélodies dans une même pièce. Elles peuvent se succéder, s’entremêler, se courir après… John Cage a dit : « Composer, c’est révéler des évidences cachées. »

« Ce que je tente de faire ici, non par la composition, mais par l’interprétation : rendre évidente une combinaison qui ne l’était pas au départ, entre deux mélodies écrites par des compositeurs différents. Je crois qu’il y a aussi dans ce projet un aspect ludique. Je joue avec l’auditeur qui s’amusera, je l’espère, à retrouver les titres. Je crois cependant possible d’émouvoir également le néophyte. »   DB

18 octobre 2014 – Ouverture
It’s exposition collective

iT’s est une exposition collective comme autant de fragments, formes à la fois finies et détachées. Le multiple ne s’oppose pas à l’unité il en est la condition, dans la construction de l’exposition comme à l’intérieur de chaque œuvre. L’évènement comme l’oeuvre d’art ne sont-ils pas toujours organiques ?
iT’s c’est aussi la question du lieu. Un garage, un atelier, un magasin (rez-de-chaussée des maisons vigneronnes) un en-dehors comme moyen d’ouvrir un espace.
Nous avons choisi le blanc (nous aurions pu choisir le noir), tous les blancs. Le blanc est notre fil rouge. Lumière il permet la manifestation du visible, dans un éblouissement il peut tout faire disparaître. Il est alors l’absence, la froideur de l’infini, la couleur du silence, de la mort. Le Vide. Condition d’apparition, espace du jeu des forces qui déchirent et unissent. Potentialité.
À partir de là tout est à faire.

TOMA DUTTER // PIETRA VIVA – dessins et projection // techniques mixtes sur papier Vinci et film d’animation
STÉPHANE GARCIA // INITIAL – sculptures // céramique et tôle rouillée
CAMILLE BONDUT FLANDIN // EMOTIONS-TRIP – vidéo // écran et installation sonore
MARIE CLAUZADE // DRAW OUT le courage des fleurs – photographie // impressions numériques sur dibond
GWEN ROCH // UN SOLDAT INCONNU – photographie // tirages
CATHERINE NODEN // GRAVITY SUBJECT – sculpture animée // miroirs lumière